logonew
logonew

La très sainte Trinosophie

Image de couvertureQui parle ici? L’âme? La matière transmutée? L’adepte dont l’âme est devenue immortelle? On y entend des souvenirs de voyages, on y découvre des temples, des fraternités, des symboles, des hiéroglyphes, des supérieurs inconnus.

N’est-ce pas le plomb lui-même qui parle et décrit les états par lesquels il passe avant de devenir or? L’auteur dit avoir rédigé ce cantique de la Trine-Une Sophie «dans l’azile des criminels, dans les cachots de l’Inquisition» et la tradition assure que ce manuscrit a été la propriété de Cagliostro et qu’il a été retrouvé par les soldats de Masséna dans les archives romaines de l’Inquisition.

Cette édition a été établie sur la base du fac-similé du manuscrit 2400 de la bibliothèque de Troyes, publié par René Alleau en 1971. Nous avons conservé au texte les particularités orthographiques et de ponctuation qui nous semblent en authentifier les enseignements et lui donnent le visage d’un monument d’écriture automatique.

24 vignettes et culs-de-lampe illustrent cet ouvrage composé de :

  •     12 chapitres illustrés chacun d’une figure.
  •     7 planches hors-texte représentent des figures géométriques composées de caractères arabes, hébraïques et magiques.
  •     4 calligraphies arabes et hébraïques in-texte.
TÉLÉCHARGEZ PDF
TéLéCHARGEZ EPUB

POD (PRINT ON DEMAND)

Pour une impression papier, 
cliquez sur l'image

Le livre La très sainte Trinosophie